Lac des Cygnes accompagné de l’orchestre de l’Opéra National de Russie

Description

– L’oeuvre Magistrale de Tchaïkovski

Le Lac des Cygnes, formidablement populaire, reste le ballet le plus joué au monde, plus d’un siècle après sa création. Piotr Ilitch Tchaïkovski, en s’inspirant d’éléments de sa vie personnelle pour composer son œuvre, révolutionnera l’approche de la musique classique. Il faudra cependant attendre dix-neuf ans pour que ce ballet donne lieu à une première chorégraphie, par Marius Petipa (1895). Puis, en 1984, c’est Rudolf Noureev qui en donnera sa propre vision. Dans ce ballet en trois actes, les danseurs nous font vivre le fol amour du Prince Siegfried pour la princesse Odette, condamnée par le vil sorcier Von Rothbart à se transformer en cygne le jour, et à redevenir femme la nuit. Apprenant cette malédiction, le Prince Siegfried fera tout pour briser le sort en se mariant avec Odette. Ce faisant, il s’exposera aux fourberies du sorcier et de sa fille… Parviendra-t-il à libérer sa promise ? Entre duos romantiques et chorégraphies enlevées se succèdent Danse vénitienne, Pas espagnol, Mazurka, Danse des grands cygnes… Le tout, interprété par une compagnie issue de la fameuse « école russe », la plus réputée au monde. Eblouissant !

Photos Distribution

Le Lac des Cygnes ballet en III actes

de Pietr Tchaïkovsky

interpreté par le

Moscou Théâtre Ballet

Accompagné par

l’Orchestre de l’Opéra National de Russie

Histoire

LE LAC DES CYGNES

Le jeune prince Siegfried a atteint l’âge adulte. Des amis sont venus lui rendre visite, mais l’arrivée inopinée de la mère du prince arrête leurs divertissements.

Sa mère est mécontente de la vie légère que mène son fils et elle veut le marier. Le prince devient triste car cela signifie la fin de sa jeunesse et des amusements.

Lorsque sa mère s’en va, l’ambiance joyeuse revient. À la tombée du crépuscule, ses jeunes amis s’en vont.

Le cœur de Siegfried est envahi par la mélancolie car il n’a aucune envie de perdre sa liberté. Cependant dans ses rêves, il entrevoit l’image de la jeune fille qu’il serait capable d’aimer.

Vexé de ne pouvoir choisir celle-ci par amour, il se rend durant la nuit dans la forêt à la poursuite d’un vol de cygnes, avec l’arbalète offerte par sa mère. Il découvre les cygnes au bord d’un lac et s’apprête à tirer quand, soudain, l’un d’entre eux se transforme en jeune fille : ce jeune cygne blanc a pour prénom Odette ; Enamourés, ils dansent et elle explique à Siegfried qu’elle et ses compagnes ne sont pas des oiseaux mais des jeunes filles victimes de l’ensorcellement du magicien Rothbart : le jour, elle serait transformée en cygne et la nuit, elle redeviendrait femme. Seul le serment d’amour éternel que lui jurerait un homme fidèle pourrait lever le maléfice qui les retient captives.

D’autres jeunes femmes et jeunes filles apparaissent et rejoignent Odette, près du Lac des Cygnes, lac formé par les larmes de ses parents lorsqu’elle fut enlevée par Von Rothbart.

Quatre petits cygnes interprètent alors leur fameux pas de quatre, qui figure au firmament des morceaux de bravoure de l’histoire de la danse.

Ayant appris son histoire, le prince Siegfried, fou amoureux, est pris d’une grande pitié pour elle. Il lui déclare son amour, ce qui affaiblit le sort. Von Rothbart apparaît. Siegfried menace de le tuer mais Odette intervient ; si Von Rothbart meurt avant que le sort ne soit brisé, il sera irréversible. Le seul moyen de briser le sort est que le prince épouse Odette.

Le château festoie en vue du mariage du prince, on présente à Siegfried des princesses. Arrive un invité imprévu, accompagné de sa fille d’une beauté éblouissante, Odile qui est le « sosie noir » d’Odette (une même interprète tenant les rôles d’Odette, le cygne blanc, et d’Odile, le cygne noir). Abusé par la ressemblance, le prince danse avec Odile lui déclare son amour et annonce à la cour qu’il compte l’épouser. Pendant ce temps, Odette la princesse-cygne tente sans succès d’attirer son attention. Rothbart le sorcier savoure son triomphe et sa fille exulte, enchaînant les fameux trente-deux fouettés (la variation dite « du cygne noir »). Au moment où vont être célébrées les noces, la véritable Odette apparaît. Horrifié et conscient de sa méprise, Siegfried court vers le lac des cygnes.

Le bord du lac. La nuit est sombre et inquiétante. Odette pleine de tristesse raconte à ses amies la trahison de Siegfried. Les jeunes filles-cygnes sont accablées. Elles n’ont plus d’espoir de recouvrer la liberté. Mais voilà qu’arrive Siegfried. Il supplie Odette de lui pardonner car il a cru que c’était elle, là-bas au château. C’est à elle qu’étaient adressés les mots d’amour. Si plus rien ne peut les sauver, il est prêt à mourir avec elle.  Mais Rothbart survient à son tour, se déchaîne et fait appel aux forces de la nature pour détruire l’amour des jeunes. Un orage se déclenche. On voit des éclairs et l’on entend les bruits du tonnerre.

Mais rien ne peut détruire le sentiment d’amour que se vouent les jeunes gens, rien ne peut les séparer. Alors le mauvais démon se bat avec le prince et périt au cours du duel.

Les sortilèges ont perdu leur force. Odette et Siegfried entourés par les compagnes de cette dernière accueillent avec joie les premiers rayons de soleil.

Dans une autre version, le tumulte des flots emporte Siegfried, et la princesse-cygne meurt de chagrin.

Agenda

Partenaires

Avec le soutien de…